Juin (France)

Bio :

À 14 ans PF Juin découvre le milieu de la culture urbaine et du graffiti.

Sprays en main Juin improvise : il superpose les unes sur les autres des touches de couleurs déstructurées. Impressionnisme. Abstrait. Le mouvement est central. La vibration. Le geste. La décomposition du geste.

S’ensuivent plusieurs années de recherche au cours desquelles il voyage à travers différents styles graphiques.

Peu à peu les contours s’affirment, les formes naissent et la symétrie s’impose. C’est la période masques. Masque comme miroir du monde qui m’entoure, comme reflet de la société.

De plus en plus l’optical art, le cubisme ou encore les travaux de M.C Escher m’inspirent et m’interrogent. Du visage à la figure géométrique, les masques disparaissent. Minimalisme et réduction. Restent les lignes, les carrés, les triangles et les ronds.

Au cours de cette période, j’utilise la symétrie, que je ressens comme garante d’un certain équilibre, pour construire mes abstractions géométriques : une juxtaposition régulière de formes qui, au travers de jeux d’inversion, de contraste, d’opacité et de transparence, développent entre elles des relations multiples et complexes.

Un assemblage de formes qui font masse, d’individualités qui font société.

L’humain est au centre de son travail. Il le perçoit comme un plan, un schéma représentant différentes parties d’un tout. Une structure variable composée de différents éléments.

Les camaïeux que Juin utilise témoignent de cette variabilité. Aujourd’hui, il cherche à casser cette symétrie, notamment à l’aide de filtres. Sur l’ensemble de mes dernières créations ces filtres prennent la forme d’ombres capturant la présence du spectateur devant la toile, qui devient alors l’élément central du tableau.

Il l’a toujours été en fait, puisqu’il a toujours laissé au public une grande liberté dans l’interprétation des motifs et des combinaisons que je crée.

À chacun son masque, à chacun sa réalité. La rue, l’architecture, les lieux abandonnés, restent pour lui autant de sources d’inspiration au quotidien.

Depuis 4 ans maintenant il vit de son art. Commandes, festivals, fresques murales, ateliers… Au-delà des murs, des encombrants et autres objets abandonnés sur un trottoir, il s’exprime aussi sur toiles. « Des liens se tissent, s’amassent et se trient. La rue mon cimetière et la rime comme symétrie. »

Page Facebook : https://www.facebook.com/pfjuin/

Page Instagram : @pf_juin 

 

Artworks :

Expos :

Terminé
Ancien Musée de Peinture 201707/06/2017 - 25/06/2017
Exposition Collective "Face au mur" | Pinsot (Haut-Breda)06/04/2020 - 19/09/2021
Terminé
Face à face11/05/2017 - 15/07/2017

News :